Tout sur ma mère

05.05.2008

Aujourd’hui c’est son anniversaire. 54 ans que ce phénomène existe. Car ma mère est un vrai phénomène, je vous le jure. Un peu folle, assez drôle, volontaire, un sacré caractère dans un petit corps de femme.

Elle est petite ma mère, 1m48 même si elle persiste à dire 1m53. Elle est petite, les chiens ne font pas des chats me direz-vous car moi aussi je suis une minipousse. Mais ses parents, son frère et sa soeur étaient très grands, allez comprendre.

Ma mère est née à Constantine en Algérie. Elle est arrivée à Strasbourg à l’âge de 18 ans pour ses vacances d’été et n’est jamais repartie car elle a rencontré mon père en vacances lui aussi. Pourquoi je vous raconte ça ? Car depuis le temps, elle a perdu tout acccent et ne parle quasiment plus arabe. Mais en plus de son accent Alsacien qui nous laisse souvent songeurs, ma mère a un gros problème avec certains mots ou expressions françaises. Car il y a des mots qu’elle a mal appris en Algérie et qu’elle est incapable de prononcer correctement. Elle dit tussu au lieu de tissu; le lévier plutôt qu’un évier, l’ombril pour nombril et j’en passe tant il y en a.

Ma mère est la reine des expressions. A chaque situation son expression:

  • Si ton ami devient un âne, il ne faut pas le monter.
  • Tu sais toujours où tu te lèves, tu ne sais jamais où tu te couches.
  • Dans la vie, il y a ceux qui vivent et ceux qui les accompagnent…

Ma mère est une femme engagée et passionnée par le combat politique et syndical. Quand d’autres se promenaient dans des parcs, moi je passais d’épaules en épaules de syndicalistes. Je savais à peine marcher que je faisais déjà des sitting pour lutter contre l’expulsion de travailleurs immigrés (rien de nouveau sous le soleil). Après des années de calme où elle a mis ses engagements entre parenthèses, à 50 ans elle est revenue battre le pavé. Mais attention, n’allez pas imaginer que ma mère ressemble au cliché de la quinqua d’extrême gauche. Comme je l’ai dit chez MH ma mère défile avec son cabas Vanessa Bruno, ses lunettes Gucci et ses Converses.

Ma mère est une mère poule. C’est simple si elle n’a pas de mes nouvelles pendant deux jours, elle imagine le pire. Si je ne réponds pas au téléphone deux fois de suite, elle me laisse des messages larmoyants et angoissés. De ce fait, je l’appelle tous les jours même quand je n’ai rien à lui dire.

Ma mère est de mauvaise foi. Jamais elle n’avouera être en tort. Du coup elle a souvent des explications abracadabrantesque pour se justifier et même si elle s’enfonce elle ne laisse pas tomber.

Mais ma mère est surtout une boule d’énergie qui donnerait n’importe quoi pour ses enfants. Une femme courageuse et idéaliste pour laquelle j’ai beaucoup de respect et d’admiration. Je ne lui dit pas assez souvent mais je l’aime.

8 Commentaires

Un petit truc à dire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *