Rentrée des classes et première leçon

09.06.2017

C’est dingue comme on peut parfois être totalement dans l’erreur avec ses propres enfants. On les met au monde, on les voit grandir, on échange et pourtant on peut passer à côté de ceux qu’ils sont vraiment. La faute aux projections que l’on fait sur eux, à notre propre enfance qui fait écho…

Tout l’été, j’ai répété à qui voulait l’entendre que ça allait être difficile pour Noah car son meilleur ami déménageait. Cette idée que celui avec lequel il partage tant, celui qui lui ressemble n’allait plus être là, m’angoissait. Moi, pas lui, car avec le recul je réalise qu’à aucun moment il ne m’a dit quoi que ce soit.

Le jour de la rentrée, surprise son ami était toujours là. Le déménagement a été retardé. Noah n’a rien dit, il était content j’en suis certaine mais il n’avait jamais été perturbé par l’absence supposée.

De son côté, Anna s’est retrouvée en classe sans ses amies proches, 3-4 enfants de sa classe mais absolument pas ceux qu’elle fréquentait. Quand elle l’a compris elle a eu un regard paniqué, un peu d’inquiétude moi j’étais anéantie. Pourtant quand j’ai dit à la maîtresse qu’elle se retrouvait sans ses amies, elle m’a corrigée en disant « Mais si T*** » Je n’ai pas écouté. A midi je me suis inquiétée de savoir si elle allait bien, en croisant des parents j’ai dit à tous « oh la pauvre elle n’a pas ses amies » et à chaque fois je ne l’ai pas entendu quand elle disait le contraire. Jusqu’à ce qu’elle parle plus fort et me répète « mais non je ne suis pas seule maman !!! »

Là j’ai enfin regardé et écouté ma grande fille de 6 ans. J’ai enfin accepté que non elle n’était pas triste mais que moi et mon éternel sentiment de rejet nous avions décidé pour elle.

Alors en rentrant, je me suis posée, j’ai regardé et j’ai réfléchi. J’ai toujours considéré Noah comme fragile et timide, Anna comme sociable et dépendante des autres. Mais la vérité c’est qu’ils sont tous les deux, très forts de caractère.Moi par contre je dois faire avec mes souvenirs d’une enfance assez violente, mes peurs d’être rejetée, mon manque de confiance. Mais surtout, je dois les laisser grandir en leur faisant confiance.

Ils ne sont pas moi mais alors pas du tout. Bien sûr il y a des similitudes, Noah est assez peureux comme moi mais par contre il a foi en lui. Anna a peur de ne pas y arriver mais elle n’abandonne jamais.

Alors les enfants je vais essayer de faire un travail sur moi et vous laisser pousser.  Je serai là pour vous donner la main mais je n’essayerai plus de la garder.

Je vous aime !

21

6 Commentaires

  • Les Petites M dit :

    Je suis complètement d’accord avec toi! On anticipe certaines situations ou réactions avec notre vécu, alors qu’au final nos enfants sont différents et gèrent (ou pas).
    Comme tu dis, il faut les écouter… prendre le temps…
    Bises
    Marion

  • Juliette-iocha dit :

    Ahhahhhahha……tellement juste ce que tu dis! Pas facile tout ça mais te lire fais du bien et contribue à nous encourager!
    Bisous doux!!

  • Calou dit :

    Je me retrouve beaucoup dans ce que tu dis.
    Ton enfance (évoquée à demi-mot) et ton ressenti me rappellent des souvenirs. Peut être parce que moi aussi je suis métisse, que j’ai été rejetée souvent (trop typée… trop frisée… très timide… différente? ), que je suis une grande complexée (même si je me soigne… du moins j’essaie).
    J’ai fait le même constat que toi récemment concernant mon fils et j’essaie de prendre sur moi et de le laisser grandir en lui faisant confiance.
    Merci pour ton témoignage 🙂

Répondre à Les Petites M Cancel

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *