Oh la la quelle famille !

01.22.2019

Je suis de ces personnes nostalgiques. J’ai tellement peur de l’avenir que je me raccroche aux souvenirs, ça me rassure. Et puis j’ai une passion pour les traces du passé. J’avais un collègue qui avait plein de vieux objets chez lui et qui aimait partager avec moi des souvenirs de Strasbourg ou de ses aïeuls eta me passionnait.

Bref, j’adore ça. Il y a quelques jours j’ai préparé pour les 40 ans de mon frère, un album photos de nous. Nous: ma mère, mon mère, mon frère, ma soeur et moi. Nous, le noyau, la base de cette famille qui s’est agrandi depuis.

Voir nos têtes, se souvenir de toutes ces choses qui nous ont construites m’ont fait m’interroger sur la famille.

C’est tout de même un drôle de truc, vous ne trouvez pas ? On grandit ensemble, on partage, on s’aime, on se déchire mais on forme un tout. Et puis un jour ces êtres qui ont partagé plus que leur ADN avec vous, s’éloignent, s’en vont, fondent leur propre famille, de nouveaux souvenirs, sans vous.

Parfois le lien perdure malgré tout, malgré les conjoints qui ne sont pas forcément proches de nous, malgré l’évolution de chacun, malgré les différences qui s’installent. Mais parfois aussi, il se brise. Combien de frères et soeurs ne se parlent plus, se voient épisodiquement ? Je trouve ça toujours difficile à accepter. Comment ceux qui ont tout partagé avec vous peuvent-ils devenir des ennemis ou des étrangers ?

Je ne partage pas toutes les idées ou valeurs de mon frère et ma soeur, parfois ils m’agacent ou me déçoivent (comme petits) mais si l’un de nous a le moindre problème nous faisons bloc. N’ayant pas eu de famille autour de nous car elles vivaient à l’étranger, nous n’étions que nous trois et nos parents et cela nous a rapproché encore plus.

Aujourd’hui, nous sommes tous les trois en couple, parents mais personne ne peut partager avec nous une soirée chacun devant son poste à s’échanger des textos et des crises de fous rires devant un film de notre enfance. Nous partageons des codes qui nous sont propres et qui ne parlent qu’à nous.

C’est aussi parfois, ce qui rend plus difficile les comportements qui nous semblent aller à l’encontre de ce qui constitue notre éducation. Et puis il y a également la place de chacun dans la fratrie. Être l’aînée confère une place particulière, être le seul garçon ou la plus petite aussi et avec le temps cette place ne varie pas forcément. Famille méditerranéenne oblige, chez nous on s’aime fort, on s’emporte, on exagère, on dramatise mais on est soudés.

Alors quand je regarde mes enfants si proches aujourd’hui, notre grande famille faite de pleins de cousins-cousines, je me demande quelle relation ils auront dans quelques années. J’espère qu’ils s’aimeront aussi fort que j’aime mon frère et ma soeur, qu’ils seront toujours proches de leurs cousins.ines et de leurs grands-parents.

Et pour vous la famille c’est plutôt le réconfort ou l’enfer?

 

 

67

4 Commentaires

  • Caroline dit :

    Oui je comprends parfaitement, je suis moi aussi l’aînée d’une fratrie de 3 enfants, deux filles et un garçon et, même si nos modes de vie sont différents ou si l’entente avec les « pièces rapportées » est parfois compliqué, notre socle est solide. J’ai souvent dit à mon ex mari que quoi qu’il arrive, mon frère et ma sœur étaient les personnes les plus précieuses pour moi et que rien ni personne ne pourrait m’éloigner d’eux. Mes deux fils qui ont pourtant 10 ans d’écart sont très proches, ils s’adorent, je ne suis très autocritique par rapport aux erreurs que j’ai faites (rapport à leur éducation) mais je sais que j’ai au moins réussi à faire en sorte que leur lien soit fort et indestructible, en tout cas je l’espère. Bonne journée 😘
    Caroline

  • Justine dit :

    Ahlala, ça soulève plein de choses chez moi ! Nous sommes trois soeurs et super soudées, ma soeur ainée s’est mariée, cet union connait des difficultés, j’ai parfois peur de la perdre, mais je sense que notre noyau familial reste fort. Je suis célibataire, ma soeur cadette aussi, enfin, rien de bien sérieux quoi ! et je m’inquiète déjà de ce que l’avenir nous réservera. Nous avons des trains de vie (des salaires !) différents mais j’ose imaginer que les valeurs inculquées par nos parents resteront là, malgré ses différences et les personnes avec qui nous feront nos vies. Merci pour ton témoignage !

Un petit truc à dire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.