L’ombre et la lumière

06.25.2018

Lorsqu’à la rentrée j’ai demandé à Noah ce qu’il souhaitait faire comme activité, il m’a dit: RIEN ou alors du foot ou du dessin. Pour le foot c’était trop tard, le dessin incompatible avec nos emplois du temps, il restait le RIEN mais ça ne me plaisait pas. Il avait fait du basket petit mais les parents qui regardaient dans les gradins le stressaient trop. Je rêvais d’un musicien mais il refusait catégoriquement au prétexte qu’un jour peut-être, il faudrait jouer en public.

Noah n’est pas timide, mais il n’aime pas la lumière, il ne supporte pas que l’attention soit portée vers lui, ça le met mal à l’aise. Tout l’opposé de sa soeur plus timide que lui en vérité mais qui cherche la lumière comme un vrai papillon.

Alors avec l’accord de son père, j’ai fait un choix radical, l’inscrire à un cour de théâtre pour l’aider à se dépasser.

Lorsque je lui ai fait part de mon idée, il m’a dit mot pour mot “Je préfère encore mourir que faire du théâtre”. Cette légère exagération m’a convaincue de la pertinence de ce choix. “Une année, c’est tout ce que je te demande après tu pourras arrêter”. Il ne voulait pas mais il y est allé.

Et tous les samedis matins, pendant 1h30, il a participé à un groupe de théâtre pour enfants et  je ne l’ai jamais entendu se plaindre, jamais.

De temps en temps j’osais un “ça te plait finalement?” et la réponse ne variait pas trop “Bof, ça va mais je n’aime pas trop”

Puis sont arrivées les répétitions et j’ai vu qu’il n’avait pas vraiment envie de s’investir, il connaissait son texte mais il n’avait ni envie de répéter, ni de trouver une tenue. En même temps c’est sa façon de fonctionner et ça génère suffisamment de conflits pour les devoirs pas question d’en rajouter. Nous avons essayé de ne pas le stresser, de ne pas trop en parler et de le laisser tranquille.

Le jour de la représentation, l’angoisse est montée, pour nous comme pour lui. Quelques fleurs de Bach pour lui, une grosse montée de stress avant de monter sur scène mais il l’a fait. Il est monté sur scène, il a dit son texte, joué mais pas trop fort, mais il l’a fait. Mon coeur de mère a explosé 2500 fois, j’ai eu envie de sauter sur scène pour lui dire je suis là, ne t’en fais pas. Il l’a fait et je suis si fière de lui.

Quand nous sommes rentrés à la maison et que je lui ai rappelé ses mots à la rentrée, il m’a dit “J’ai dit mourir? c’était un peu exagéré je trouve”.

Fin de la discussion.

Il y a des tas de choses qui me rendent fière de lui, mais ce samedi ce n’est pas seulement sur scène qu’il était le roi.

Et vous savez quoi? Je crois qu’en fait il a aimé.. un peu.

12

2 Commentaires

  • Dorothée dit :

    Bonjour,
    Et comment as-tu trouvé ce cours de théâtre et l’enseignant? Je cherche également un cours de théâtre pour mon fils de bientôt 8 ans et j’aimerais connaitre ton retour. Merci!

    • Wafa dit :

      Bonjour Dorothée, j’ai juste cherché un cours près de chez moi. Je ne connaissais pas la prof. Mais par contre comme je m’y suis prise tard, il n’y avait plus de place chez les 8-10 mais chez les 6-8 comme il est de fin décembre j’ai dit ok. Je ne pourrais pas dire que ça l’a rendu moins timide mais ça l’a aidé à faire une activité de groupe

Un petit truc à dire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *