Lettre à mes enfants

01.07.2015

Mes enfants chéris, j’aurais voulu vous laisser un monde de paix et de tolérance. Moi dont la mère a vécu une guerre qui lui a laissé des souvenirs amers de déchirements et de fraternité envolé. J’aurais voulu vous dire que l’autre est un frère, que peu importe les différences de couleurs, de religions, de tailles ou d’argent, nous sommes tous pareils. J’aurais voulu vous dire de ne pas avoir peur, de dire ce que vous pensez et de le dire haut. J’aurais aimé vous dire que vous les petits-enfants d’une famille engagée, vous ne devez jamais avoir peur de défendre vos idées. J’aurais aimé vous dire que rien n’est plus beau que la vérité et la liberté. Mais ce soir vous m’avez entendu dire à votre père je ne veux pas en parler aux enfants et vous m’avez demandé pourquoi. Alors la gorge serrée et les larmes aux yeux, nous vous avons expliqué que des gens méchants avaient tué des gentils parce qu’ils n’aimaient pas leurs dessins. Anna, tu as répondu que tu n’aimais pas les méchants et toi Noah tu m’as dit plein de certitudes qu’ils allaient finir en prison et qu’ils y resteraient toujours pour qu’ils comprennent. Comment te dire qu’il y en a encore tant d’autres tout aussi fous et aveugles. Comment vous dire que mon coeur de mère pleure de ne pas pouvoir vous en protéger. Que moi qui vous protège des bobos et des cauchemars, je ne peux rien faire contre ce monde qui ne tourne plus rond. Ce soir vous n’avez pas fait d’histoires pour vous coucher comme si vous sentiez mon désarroi. Dans le salon, mes yeux se sont posés sur la pochette du disque de Dorothée qu’Anna aime tant. Le dessin est de Cabu qui ne dessinera plus.

5 Commentaires

Répondre à Sly Cancel

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *