Le Covid, ma fille et moi…

03.16.2021

Avant toute chose, oui j’écris le Covid et je l’assume. C’est comme ça, ça sonne mieux et au début on disait tous « le » donc je continue.

 

Aujourd’hui, je suis allée chercher ma fille à la sortie de l’école. J’ai trouvé une enfant en larmes et j’ai planté la copine avec laquelle je parlais pour lui sauter dessus, paniquée. À côté d’elle, ses camarades de classe dans le même état.

Dans mon cerveau, en quelques secondes je suis passée de: elle s’est blessée, à elle s’est fait gronder, à quelqu’un est mort.  Enfin, entre deux sanglots et une simili crise d’asthme, j’ai fini par entendre, Covid, école, cantine, Trucmuche* et Bidule* . Puis une fois calmée, elle m’a expliqué qu’un enfant à la cantine avait été testé positif au Covid.

Gros soulagement, Anna n’a pas mis les pieds à la cantine depuis 2019. Aucune raison de stresser, la pauvre angoisse pour rien.

– Mais pourquoi tu pleures ma poulette, tu ne vas pas à la cantine?

– Oui, mais Bidule, tu comprends, elle doit rester à la maison et moi je suis à côté d’elle et devant Trucmuche. Et, et (enfant toujours en pleurs, elle est même montée d’un cran.). Autour d’elle, ses amies étaient toujours dans un état proche de l’Ohio ( si tu es né.e avant 1980, toi-même tu sais).

Bref, avec d’autres mères dans l’incompréhension totale comme moi, nous avons fini par nous approcher de la maîtresse pour la questionner. Un enfant qui fréquente la cantine a été testé positif, du coup tous les enfants cas contact de la classe doivent rester chez eux jusqu’à lundi inclus et revenir avec un test négatif.

– Mais du coup, Anna n’est pas concernée?

-Non, enfin oui, elle est en contact avec Bidule dont le masque n’est pas vraiment aux normes donc elle peut/doit rester à la maison.

J’ai bien senti en voyant la maîtresse, que c’était surtout l’état de stress intense de ma fille, qui lui valait de devoir rester à la maison et pas un quelconque risque de maladie. La maîtresse était clairement dépassée par la réaction des enfants. La pauvre n’a sans doute pas l’habitude de vivre avec des Sarah Bernhardt et Sacha Guitry (si tu es né.e avant 1910, toi-même tu sais…).

Bref, étant à la maison cela ne me posait pas de problème de la garder quelques jours et j’ai tenté de rassurer ma fille en lui présentant les avantages de quelques jours à la maison (Télé, sucre et grasses mat). Pour autant rien n’y faisait, elle ne cessait de pleurer.

J’essayais en vain de la questionner pour savoir pourquoi elle réagissait avec autant de force, je tentais de la rassurer quant aux risques limités de contagion et ceux de complication pour un enfant, mais rien à faire.

Enfin, après plus de 20mn de crise, elle arrive à me dire qu’elle a peur de me contaminer. Ma fille, mon amour, mon enfant qui se soucie plus que tout de sa mère.

-Mais non mon coeur, tu sais, je ne fais pas partie de la population à risques. Les complications touchent surtout des personnes âgées et en surpoids.

-Mais papa et toi, vous dites toujours que vous êtes vieuuuux !!!

-Rhoooo, on dit ça comme ça, mais on n’est pas très vieux tu sais et on n’est pas en surpoids.

Et là dans un sanglot digne d’un film avec une petite tête de chat mouillé, elle me dit:

« Mais tu dis toujours que tu es vieille ET grosse alors tu peux mouriiiiiiiiiir !!! ».

No comment !

 

 

*anonymat oblige, les prénoms ont été changées

Un petit truc à dire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.