La fève

01.07.2017

L’Epiphanie, la galette et la fève. Comme chaque année, on se régale ou pas, de galettes en espérant avoir la fève. Et quand on a des enfants se posent le difficile problème de la fève. Petite, je ne l’avais jamais. Mon père tombait systématiquement dessus et la mettait ensuite discrètement dans la part de mon frère ou ensuite de ma soeur. J’ai toujours trouvé ça injuste et triste. Pas seulement parce que je ne l’avais pas mais aussi parce que ça n’avait plus rien du hasard.

Quand nous avons mangé notre première galette avec Noah je savais que je laisserais faire les choses sans tricher et que je lui ferais pas croire qu’il était tombé dessus si ce n’était pas le cas. Je sais que cela choque pas mal de gens autour de moi car ils trouvent ça méchant pour l’enfant moi je trouve que c’est au contraire mon rôle de mère.

Je n’ai jamais été à l’aise avec les mensonges, le Père Noël, la petite souris ou autre mais ça fait partie d’un folklore qui fait rêver les enfants donc jusqu’à ce qu’ils me posent la question je ne dis rien. Le jour où Noah m’a demandé si le Père Noël existait, nous en avons parlé et je n’ai pas menti.

Mais, faire croire à mes enfants que je peux changer le cours de choses pour leur faire plaisir, leur faire croire qu’ils ont gagné alors que non, pas question. Bien sûr parfois ils sont déçus mais ils l’acceptent. Et quand je vois certains enfants faire une crise ou être jaloux des autres car ils n’ont pas eu la fève, je me félicite de ce choix. Mes enfants ne sont pas mieux que d’autres mais la jalousie et les caprices sont assez rares chez eux. Quand ils perdent, ils comprennent que cela fait partie du jeu et quand ils gagnent ils sont contents. Et puis avec deux enfants cela voudrait dire en favoriser un au détriment de l’autre, ce qui est encore pire. Je pourrais développer en vous parlant des gens qui font un cadeau à leurs enfants quand c’est l’anniversaire d’un autre (pour ne pas qu’il soit jaloux aheumm) mais vous avez compris l’idée. Pour moi, la frustration fait aussi partie de l’éducation.

Sur cette histoire très intéressante, je vous laisse car il faut que j’aille faire du sport pour perdre les 2 kg de galettes ingurgités depuis hier.

4 Commentaires

  • lespetitesm dit :

    complètement d’accord avec toi!
    C’est très injuste de la part de ton père.
    Ici aussi on laisse faire le hasard, c’est la vie. Le bonheur de nos enfants c’est d’apprendre à gérer les frustrations et d’apprécier le bon.
    Des bisous
    Marion

  • Amélie dit :

    Tellement d’accord avec toi. On protège trop nos enfants qui ne supportent plus aucune frustration. Quelle génération cela nous prépare?

  • L'esperluète dit :

    Hé bien, je me posais la même question, notamment à propos du Père Noël. Ma puce est encore petite pour parler de tout ça, mais je pense que je ferai comme toi que ce soit pour la galette ou pour le reste. C’est une marque de respect envers nos enfants que de ne pas mentir.

Répondre à Amélie Cancel

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *